Article intéressant lu ici : http://forum.doctissimo.fr/forme-sport/sport-sante/metabolisme-basal-regime-sujet_145867_1.htm
initialement recopié et adapté d'un forum, lui-même adapté depuis le site de Fabrice Proudhon (c'est le bordel, hein!)

Mais il est à faire tourner, car vraiment intéressant! Lisez-le!

Lorsque vous entamez un régime et que vous dépensez plus d'énergie que vous n'en fournissez à votre organisme, votre corps va puiser dans ses réserves et vous allez maigrir.
Cependant au fur et à mesure des jours, votre corps qui ne sait pas combien de temps va durer la situation va s'adapter en diminuant son métabolisme basal et en dépensant de moins en moins d'énergie quelque soit votre activité.
Par ailleurs, il faut savoir que le muscle est un facteur important de votre métabolisme basal.
Si vous prenez du muscle, votre métabolisme basal augmente et inversement, si vous en perdez, votre métabolisme basal diminue.
Ainsi, si vous gagniez 5 kilos de muscles, vous perdriez du poids sans rien changer à vos habitudes alimentaires et à vos activités, grâce à l'augmentation de vos dépenses énergétiques via le métabolisme basal.
En fait, ce sont les variations du métabolisme basal qui sont en partie responsable du régime yo-yo .

Lisez l'histoire d'Anabelle :

1. Selon la pression sociale actuelle, Anabelle estime avoir à perdre 10 kg. Ça tombe bien, un magazine vient de sortir un bel article avec des exemples de régime pour perdre 10 kilos en trois semaines. Elle choisit le régime soupe aux choux qui consiste à ne manger quasiment que de la soupe pendant trois semaines.

2. La première semaine, Anabelle est ravie, elle a perdu 3 kilos. Sur ces 3 kilos, il y avait 2 kilos de muscles, mais cela ne semble pas la gêner. En attendant, son métabolisme basal a diminué, d'une part à cause de sa perte musculaire, et d'autre part parce que son corps essaye de s'adapter à la nouvelle ration énergétique réduite qu'Anabelle lui accorde.

3. La deuxième semaine, Anabelle est déjà moins contente, car elle n'a perdu qu'1,5 kilos.
 Normal : son apport énergétique n'a pas varié (elle fait toujours son régime soupe aux choux ) mais ses dépenses énergétiques ont diminué du fait de la diminution de son métabolisme basal. Sur ces 1,5 kilos, il y avait 1 kilo de muscle, mais cela ne semble toujours par la gêner.
 En attendant, son métabolisme basal a encore diminué, pour les mêmes raisons que précédemment, à savoir :
 • la diminution de sa masse musculaire
 • l'adaptation de son corps à son nouveau régime.


4. La troisième semaine, Anabelle décide de mettre le paquet, non contente de ne manger que de la soupe, elle ne mange plus le midi (nous verrons plus loin que c'est une grosse bêtise).
 A la fin de la semaine, elle est super contente, car elle a encore perdu 3 kilos (dont 1 kilo du peu de muscle qui lui restait).
 Normal : si ses dépenses énergétiques ont diminué au travers de son métabolisme basal, son apport énergétique a lui aussi été réduit et en plus grande quantité.

5. Finalement, au début de la quatrième semaine Anabelle n'en peut plus de ne manger que de la soupe !
 De toute façon, elle a perdu 7,5 kilos (dont 4 kilos de muscles) et elle trouve sa silhouette satisfaisante. Elle pense vraiment que sur ses trois dernières semaines elle a été la personnification de la maxime Quand on veut, on peut .
 Anabelle très satisfaite d'elle-même décide donc de stopper son régime et de manger à nouveau comme avant.

6. A la fin de cette quatrième semaine, Anabelle ne comprend plus rien et est désespérée : elle vient de reprendre 3 kilos.

En plus son physique est pire que d'habitude : il est tout plat et tout flasque. Que lui est-il arrivé ?

Que son corps soit tout flasque, l'explication est simple : ses quatre dernières semaines, Anabelle a perdu 4,5 kilos (7,5 moins 3), dont 4 kilos de muscles et seulement 0,5 kilo de graisse.

Pas étonnant que son physique s'éloigne de plus en plus de celui de la femme synamique dont elle rêve

Mais pourquoi a-t-elle repris 3 kilos ? Simple, son métabolisme basal a tellement diminué par rapport à ce qu'il était avant de commencer son régime que le fait de manger normalement apporte maintenant beaucoup trop d'énergie par rapport à ce qu'elle dépense quotidiennement.
 Par ailleurs, son corps qui n'a quasiment rien eu à manger pendant trois semaines s'est mis à stocker tout ce qu'elle lui apportait en énergie afin de prévenir une future période de quasi-famine !

7. Finalement, deux semaines plus tard, Anabelle a retrouvé son poids d'il y a 6 semaines. Elle décide donc de faire un nouveau régime. Ça tombe bien, elle vient d'acheter un nouveau magazine qui promet de perdre 10 kilos en deux semaine grâce à un régime dissocié.

Voilà un bel exemple de régime yo-yo . Et cela peut durer comme cela indéfiniment. En plus, à chaque régime, ce sera de plus en plus difficile car Anabelle ne regagne pas tout le muscle qu'elle perd et son métabolisme basal finit par être en permanence très bas.

La réalité est souvent bien pire. En général, au cours du régime, la personne fait moins d'activité que d'habitude car elle est en permanence fatiguée (normal vu qu'elle ne mange quasiment plus rien). Donc ses dépenses énergétiques se réduisent encore plus.
 De sorte qu'elle est obligée d'augmenter encore la sévérité de son régime pour espérer continuer de perdre du poids.
 Finalement son métabolisme diminue encore plus et ses activités aussi. Donc ses dépenses énergétiques se réduisent encore plus. De sorte qu'elle est obligée d'augmenter encore la sévérité de son régime pour espérer continuer de perdre du poids. Etc.
 En plus, après un régime, elle ne mange pas comme auparavant, mais elle mange plus parce qu'elle a été en manque pendant plusieurs semaines.
Après quelques années de cette manière de se nourrir voilà Anabelle obèse.